Fourni par Blogger.

My monster is pink !

  Hello !


 Si vous me suivez par ici, vous n'êtes pas sans savoir que je suis une fan de volants et que les pièces que je couds le plus souvent sont les chemises.


C'est donc sans grande surprise que je vais vous parler aujourd'hui d'une....Chemise à volants !!! Mais là où j'ai fait fort, c'est au niveau de la couleur ! J'ai choisi un joli rose pétard ! 


J'avais vu beaucoup de pastels mais aussi des couleurs très vives dans les vitrines ce printemps. Après les avoir regardés pendant un temps avec une stupeur horrifiée, je me suis finalement découvert un attrait pour le rose fuchsia !  Je n'ai pas trouvé chez Mondial Tissu la viscose ou le crêpe fin que j'aurais souhaité pour apporter un maximum de fluidité à ma chemise, je me suis donc rabattue sur un voile de coton !



Evidemment, avec ce tissu, le rendu est moins doux, moins fluide, la chemise se froissera et se délavera certainement plus vite qu'avec un tissu contenant une part de synthétique mais on reste sur un coton léger donc super agréable à porter comme à coudre !


Pour palier à cette envie de chemise rose, le patron "my monster" serait idéal. C'est un modèle que j'ai déjà cousu (voir) qui tombe bien, avec des explications claires, plusieurs variations de manches et de col....et surtout...un petit volant !!!

Pour ce nouvel opus, j'allais faire simple : un col chemisier classique, des manches smockées et pour affirmer le style du vêtement : un volant bien large.



J'ai donc coupé un volant d'une largeur de 11 cm fini par un ourlet fin d'un côté. J'ai piqué deux lignes de points larges du côté opposé pour réaliser mes fronces.


Le volant est alors pris en sandwich entre l'empiècement devant haut et le devant bas. On vient ensuite coudre les pattes de boutonnage puis on s'occupe du col.


J'ai ici thermocollé une des deux bandes de boutonnage (une de chaque côté), un des cols et un des pieds de cols avec un thermocollant pour tissus fins.



Pour apporter une finition sympa qui rappellerait le volant du plastron et accessoirement, me simplifierait la vie, j'ai choisi de smocker mes bas de manches.



La technique proposée par la créatrice m'a fait quelque peu loucher puisqu'elle est largement décriée par les réparateurs de machine à coudre. Noooon, si vous tenez à votre machine, ne mettez jamais d'élastique dans la canette, ce n'est absolument pas prévu pour ça !


Après, chacun fait comme bon lui semble, loin de moi l'idée de lancer une polémique. Cette technique a l'avantage d'être rapide et de donner de bons résultats mais perso, je préfère utiliser la méthode qui consiste à emprisonner un élastique fin ou rond sous un point zig zag. Il existe également des bandes élastiquées spéciales smocks que je me suis promise de tester quand on voit le rendu parfait qu'elles permettent d'obtenir.



Mes smocks ne sont pas super parallèles mais le résultat reste correct. Je n'ai cousu que trois fils élastiqués afin de resserrer la manche sans que le visuel ne soit trop lourd (et inconfortable au porter) Le patron de la manche smockée préconise 10 piqures élastiques, ce qui m'aurait certainement gênée, moi qui ai pour habitude de remonter mes manches très souvent.



J'avais remarqué dans ma première chemise my monster que le col tombait un peu trop bas et était du coup un peu large. J'ai donc cette fois remonté de 1,5 cm l'encolure de chaque devant mais ce souci de col un peu bas persiste. Bizarre, je potasserai mon bouquin de patronage pour savoir comment remédier à ce petit défaut dans une prochaine version.



Parce que oui, il y aura une prochaine version ! J'aime beaucoup ce patron. Je ne vous l'ai pas précisé mais j'ai cette fois encore coupé une taille 40 (selon mon tour de poitrine dans le tableau des tailles) et c'est nickel !

Après l'avoir cousue à deux reprises, je peux dire que my monster est au coude à coude avec Septembre ( Atelier Charlotte Auzou) sur le podium de mes patrons de chemise préferés. 

Le seul petit bémol de cette réalisation concernera le tissu dont la jolie couleur perdra surement assez vite son éclat et se froisse (et repasser des volants c'est une galère sans nom !)



La grande question autour de ce projet était : Oserais-je porter du rose pétard ?

Vous voulez la réponse ? 

Associé à une veste noire, ce rose a une classe folle, associé à un jean un peu délavé, il est cool et faussement décontracté : je suis conquise ! Et voilà que maintenant, je commence à lorgner sur du vert...un vert gazon, un vert bien vif ! 

Je vous avoue que cette frénésie de couleurs me laisse quelque peu perplexe....mais ça me plait, alors au diable les considérations existentiello-rétrogrades : fais péter le vert, cocotte !!!




9,50 euros en PDF - 16 euros en pochette

Niveau : expérimenté

Fournitures : 1,40 m de voile de coton...rose ! Thermocollant léger, boutons du stock, élastique fin.

Mes modifs : Encolure remontée de 1,5 cm. Volant élargi. Lignes de smocks des manches limitées à 3..

Mon avis : Un best !




Bonne fin de semaine à vous !




Aime comme miroir...et son col volanté (hack)

 Hello !


 Allez allez, trêve de procrastination, direction le blog ! Parce que j'ai quelques petites choses à vous présenter !


J'aime alterner le niveau de difficulté dans mes projets, donc, si je reprends l'ordre chronologique de mes dernières cousettes, après le blouson Sonic (clic) où persévérance, concentration et minutie étaient de rigueur, je me suis offert un projet "finger in the nose" !


Vous le voyez, ce bon basique à la forme intemporelle, versatile à souhaits ? Celui dont la pochette est toute cornée et dont le patron déjà bien marqué par les épinglages successifs se déchire par endroits ?


C'est l'indétrônable aime comme miroir que j'ai choisi d'utiliser une fois encore afin de me coudre un tee-shirt printanier. Mais attention, ce sera un tee-shirt habillé, à col froufrouté (inspiration Des Petits Hauts) et même pourquoi pas brodé ?



Après avoir cousu plusieurs versions du Aime comme Miroir, (prévu pour un tissu chaîne et trame), j'ai cette fois transposé mon patron à un tissu jersey. Compte tenu de l'élasticité de mon tissu et du rendu que je souhaitais obtenir, j'ai ainsi retiré une demie taille à mon patron habituel (coupé en 40.)


Les marges de coutures n'étant pas comprises, il était donc simple de jouer sur la largeur de la marge à ajouter pour sous tailler légèrement.



J'ai choisi d'utiliser un jersey coton de belle qualité trouvé dans mon magasin de bricolage. Un tissu facile à coudre me direz vous, sauf qu'il roulottait de partout et énormément ! Même l'amidon et le repassage ne sont pas venus à bout de cet indomptable roulottage. Bon, en épinglant bien serré et en restant vigilante lors des étapes d'assemblage, tout s'est bien passé.



Toute l'originalité de ce tee-shirt réside dans ce col volanté, que je trouve super mignon mais qui a nécessité quelques modifications.


J'ai élargi les parmentures devant pour un bon maintien du bord volanté. J'ai également crée une parmenture dos (qui remplace le biais prévu dans le patron) et permettra là aussi de maintenir le volant.


Pour créer cette parmenture dos, facile ! Il suffira de décalquer la partie encolure dos du patron sur la même largeur que votre parmenture devant.




On commence la couture par l'assemblage du dos et les devants par les épaules (en y plaçant un morceau de laminette, c'est encore mieux !) puis on assemble les parmentures devants avec la parmenture dos.


Il suffira ensuite de coudre l'extérieur du vêtement et sa parmenture endroit contre endroit en faisant bien correspondre les repères et coutures d'épaules, mais ATTENTION, c'est là qu'il faudra prendre le volant en sandwich !




Pour la coupe du volant, j'ai taillé une bande d'environ deux fois la longueur de mon encolure, soit ici 1,45 m (la largeur de ma laize). sur 4 cm de hauteur. 


J'ai réalisé un roulotté à la surjeteuse sur l'un des bords longs de mon volant et piqué deux fils de fronces parallèles de l'autre côté.


J'ai ensuite tiré les fils pour créer les fronces que j'ai ajustées en épinglant le volant sur le vêtement.


Pour une jolie finition au niveau du croisement des devants j'ai épinglé les extrémités des volants de façon à ce qu'elles viennent mourir sur le bord de la patte de boutonnage, dans le creux du V.




Une fois le volant fixé, j'ai retourné mon "sandwich" extérieur/volant/parmenture et soigneusement repassé tout ça.

Une piqure à quelques centimètres du bord vient maintenir les parmentures en place.




Il ne restait plus à présent qu'à assembler les manches et à fermer le vêtement ! Sauf que j'avais envie d'une broderie pour personnaliser et ajouter une petite touche chic à mon tee shirt.


J'ai choisi un motif abeille que j'ai brodé plusieurs fois, à des tailles différentes sur l'un des côtés de mon tee-shirt. (Fichier broderie trouvé sur Etsy) Broderie en hors cadre, aiguille stretch avec stabilisateur en double dans le cadre. (Je n'ai pas utilisé de fil métallique, plus difficile à travailler et qui risquait de gratouiller la peau, mais un simple fil rayonne brun doré.)




Une fois ma broderie terminée, j'ai pu coudre les manches au corps (manches que j'avais allongées de façon à obtenir une longueur 3/4)


Il ne restait plus qu'à coudre les côtés du tee-shirt et le dessous des manches en une seule fois. 


J'ai ensuite fait mes ourlets de manches et du bas du tee-shirt à la recouvreuse. (une aiguille double fera également très bien le job !)




Puisque mon tissu avait une bonne tenue, je me suis simplifiée la vie pour le boutonnage ! Mes boutons sont fixés directement sur les pattes de boutonnage superposées, pas de boutonnières ! 


Voilà un tee-shirt vite cousu, simple et confortable avec une petite touche originale qui lui apporte un côté chic, comme j'aime.


Si vous me suivez sur Instagram (c'est ici) vous avez déjà pu l'apercevoir et cette touche originale m'a valu quelques messages enthousiastes. C'est d'ailleurs ce qui m'a donné envie de vous détailler cette cousette sur le blog. Comme quoi, vos petits mots et commentaires sont toujours enrichissants et motivants.







10 euros en PDF - Du XS au XL - Niveau : facile

Fournitures : 1,40 m de jersey coton, laminette, boutons du stock.

Mes modifs : création d'une parmenture dos et élargissement des parmentures devant, ajout d'un col frou frou, manches allongées

Mon avis : Un de mes meilleurs basiques, à décliner sans fin.





Bon week-end à vous !










Pile dans la saison avec Sonic !

Hello !


 Pile dans la saison ? Tu déconnes là ? Bon, Sonic l'était en tous cas avant l'arrivée de cette nouvelle ère glacière, de la neige, de la froidure, de la gorge qui gratte, de la bienfaisante pause tisane/chaussettes/charentaises devant un feu de cheminée près duquel comatent déjà deux matous extatiques ! 


Si pour l'heure, j'ai ressorti allègrement doudoune et écharpe, il n'en reste pas moins que ce petit blouson est idéal pour les premiers beaux jours et il sera sans nul doute mon pref' dès que les températures se caleront à nouveau sur une pseudo normalité printanière.



Sonic, ce joli blouson de Dress your body couture m'avait tapé dans l'oeil sur Instagram il y a quelques semaines. Mais la version boutonnée ne me plaisait qu'à moitié, alors je cogitais l'idée de remplacer les boutons par une fermeture....jusqu'à ce que je passe sur le site de la marque et que je me rende compte que la version zip était proposée dans le patron !


Plus d'hésitation ! Je l'ai téléchargé et imprimé ! 


De passage chez Mondial Tissus quelques jours plus tard, j'ai acheté 1,60 m de velours milleraies beige (j'aurais aimé une couleur moins banale mais je n'ai rien trouvé de mieux). Et puis, j'allais utiliser un reste de cotonnade fleurie pour les parties doublure, qui matcherait bien avec mon velours beige !

1,60 m, avouons le, c'était un peu juste (ma phobie des chutes toujours !) mais en coupant mes pattes de zip à l'horizontale, c'est passé ! De plus, ce contraste dans les rayures du velours apporte une petite originalité pas vilaine.



Selon le tableau des tailles, j'ai coupé un 40 comme à mon habitude. Les marges de coutures de 1 cm sont incluses dans le patron. Ce modèle est d'un niveau avancé et là, je confirme : Il y a des points techniques assez costauds, le principal à mon sens étant les poches.


Le créatrice nous sauve avec le sew along proposé sur sa chaine Youtube. Tout est détaillé et devient complètement accessible.


Contrairement à certaines marques ou la vidéo se substitue à un livret explicatif édulcoré, les explications papier sont ici complètes et très claires. J'ai d'ailleurs cousu tout le reste de mon blouson aidée de ces seules explications.



J'ai donc choisi la version zip et agrémenté mon blouson de détails "jean" tels que des surpiqures, des boutons jean, des rivets aux poches. Un blouson décontracté donc mais dont les détails froncés, les poignets hauts et les jolies finitions renforcent la féminité.


Pour ce qui est des modifications, j'ai simplement allongé le modèle de 3 centimètres pour coller à la longueur de mon zip (de récup !) De ce fait, le bas des poches n'est plus pris entièrement dans la couture de la bande du bas. J'ai fixé mes poches par de petits points invisibles.



Et voilà ce que ça donne sur l'envers ! Les empiècements dos et devants sont doublés, les finitions sont propres sauf peut être au niveau de mes poches dont j'avais thermocollé l'emplacement avec un intissé gris. Quelle idée ! Même en les gansant de biais fleuri, cette bande de thermocollant se verrait encore.


 Bon, c'est uniquement sur l'envers et même pas visible sur les photos alors pas bien grave mais vu le soin que j'ai apporté à ce blouson, ce n'est pas super net quoi !



L'utilisation du velours nécessite un minimum de précautions puisqu'il a un sens ! Attention donc à bien couper vos pièces toutes dans le même sens sous peine de voir apparaitre des différences de couleurs.


Le velours se repassant sur l'envers, la mise à plat et l'assemblage de certaines pièces n'étaient pas toujours aisés....surtout qu'il était extensible le bougre !


Alors effectivement, cette petite extensibilité ajoute un plus en terme de confort...mais complique bien les choses quand le tissu se déforme et se détend en fonction de la forme des pièces à assembler ! 



Je n'ai pour les photos pas osé repasser les empiècements hauts et le col autrement que sur l'envers mais que crois qu'une pattemouille me permettra d'obtenir un résultat plus net.


Ce blouson était donc un projet relativement long à coudre, assez technique mais tellement plaisant de par la qualité des explications.

Et quelle fierté de voir le résultat final se révéler au fil des coutures.



Je suis conquise par ce modèle. Décontracté et féminin, il est pile comme je le souhaitais. Le tissu uni permet de mettre en valeur tous les détails. Je le porterai sur un tee-shirt (ici sur un plantain en coton texturé cousu l'an dernier), une chemise ou même un pull léger.

 Je le vois bien également en version très courte porté sur une robe longue pour un style bohème.



Quels changements j'y apporterais si je le cousais à nouveau ?

Je choisirais un tissu non extensible, qui ne se déforme pas et j'allongerais les manches de quelques centimètres !






                                       Modèle : Blouson Sonic - Dress your body couture. 9,50 euros en PDF

                                                           Du 34 au 46 - Niveau avancé.

                       Fournitures : 1,60 de velours (trop peu, prévoyez 1,80 pour un 40) Un reste de                                                        cotonnade fleurie, thermocollant, zip, boutons, rivets.

                                   Points techniques : Poches, bandes de zip, fronces à gogo, manches tailleur, col...

                                Mes modifs : Blouson allongé de 3 cm (pièces devant, dos et bandes de zip)

                     Mon avis : Un joli modèle dont la qualité des explications fait oublier la complexité pour                                                                        un joli moment couture.



                                                                          Bon week-end à vous !




Bianca et le léopard rouille.

 Hello !

 Avec un titre pareil, je ne peux que vous conter l'histoire de cette toute nouvelle cousette : Bianca, déjà connue par ici (voir) m'est tombée dessus telle une illumination divine un jour de flemme couturesque !


En cette sombre journée de fin d'hiver, je m'interrogeais sur ma capacité neuronale, les yeux écarquillés  devant la fiche technique fraichement imprimée du projet que je m'apprêtais à attaquer.


La procrastination prit alors le pas sur l'efficacité et je tournai un moment en rond dans l'atelier, rangeant une bobine oubliée, ramassant quelques fils, feuilletant un magazine...jusqu'au moment de ladite illumination ! 


C'était un sweat que j'avais envie de coudre ! Un truc fastoche, rapide et sans prise de tête ! Et d'ailleurs j'avais en stock un tissu léopard trop canon qui attendait son heure depuis trois plombes car ma phobie des chutes m'avait, le jour de l'achat, poussée à n'en prendre qu'un mètre dix ! (nan mais j'étais censée coudre quoi dans 1,10 mètre ? )



...Un sweat Bianca bien sûr ! Me suis-je alors exclamée en me ruant sur mon placard à tissus !


Le tissu léopard fut bien vite étalé au sol et mes pièces de patron (déjà décalquées depuis ma version précédente) furent positionnées sur le tissu, opération que je réalisai fébrilement, retenant mon souffle jusqu'au verdict final de cette implacable partie de Tétris : Impec, ça passe ! fais péter les ciseaux cocotte !



Les marges de coutures d'un centimètre étant incluses dans le patron, la partie découpe fut simple et rapide.


Attention cependant au gros souci de ce patron à mon sens : l'étroitesse des emmanchures. Pour éviter que cette emmanchure tombante ne soit gênante au porté car trop serrée il était indispensable d'élargir emmanchures hauts de manches.


J'ai ajouté un centimètre de chaque côté de mes haut des manches et descendu d'autant l'emmanchure des pièces dos et devant en reportant la ligne arrondie du patron à cet endroit.



J'ai cousu ce sweat en 40, ma taille habituelle. Les explications sont clairement imagées et très simples à suivre. La fausse patte de boutonnage ajoute un vrai plus à ce sweat basique. J'ai choisi d'y coudre de jolis boutons nacrés et dorés que j'avais en stock.



Tout l'assemblage se réalise à la surjeteuse, excepté la patte de boutonnage et la surpiqure du col ( facultative) c'est donc de la cousette express ! 


Pas de bord côtes ni de bandes rapportées pour les finitions : les poignets et le bas du sweat sont finis par un simple ourlet qui se réalise à la recouvreuse ou à l'aiguille double.



Une fois fini, il était sympa mon sweat mais il lui manquait un petit quelque chose pour habiller le devant : Quelque chose de sobre pour ne pas surcharger l'imprimé ....un flex ! Contrasant ! Avec une inscription pas trop kitch ! 



Là, je vous avoue que j'ai buggé ! J'ai passé un temps fou à choisir cette fameuse inscription : les messages humoristiques sont bien souvent un peu niais et ceux qui m'amusent sont assez limites !

 Pourquoi pas le titre d'une série de ma jeunesse comme pour une grande marque...bof. Ou encore mon année de naissance comme vu sur Insta ? Euh...pas certaine que ce soit judicieux d'afficher la vieillerie de la dame d'autant plus qu'un douloureux changement de dizaine me guette cette année.



J'avais cette inscription toute prête dans mon fichier caméo ! Ca me plaisait, je n'ai pas cherché plus loin ! Sur un tissu extensible, le flex P.U. est le plus durable car il supportera l'étirement (léger l'étirement hein !) J'ai vu qu'il existait maintenant une qualité de flex spécifique aux tissus élasthanne mais le prix est exorbitant donc mon P.U. est parfait !



Voilà donc un sweat cousu en deux heures puis une bonne heure...ou deux pour trouver le motif poitrine. Un projet simple et rapide pour un résultat sympa. Une pièce à porter les jours de flemme vestimentaire et qui encore une fois associe une touche de classicisme à la décontraction propre à ce style de vêtement.


Il a déjà été lavé plusieurs fois (cycle délicats) et le flex ne bouge pas.



                                                                         Bonne fin de semaine à vous !








                                         Modèle : Pull Bianca - Mouna Sew.  Du 34 au 58 - 11 euros en PDF
                                                                Niveau : 1/5 adapté aux débutants.
                                      Fournitures : 1,10 m de molleton léger, boutons. (prévoyez plus !!!)
                               Difficultés : coudre les matières extensibles, assembler une bande d'encolure.
                                             Mes modifs : Emmanchures et haut des manches élargis.
                                                     Mon avis : Un petit modèle intemporel à garder.














Tilda la printanière.

 Hello !


    C'est au détour d'un post Instagram que je l'ai découverte. Elle était mignonne comme tout avec son encolure habillée de petits plis, sa forme évasée et son style classique mais pas trop.


Ce n'est qu'au trentième post Instagram, complètement imbibée par la mignonitude de la chose et charmée par les possibilités de looks qu'offrait ce modèle en fonction du tissu choisi que je me suis penchée sur son cas : Le patron est gratuit ? Nannnn ? Et bien oui, le patron était en effet gratuit du 15 Janvier au 15 Février (et l'est encore actuellement semble-t-il) et un concours était organisé autour de ce modèle.


Oups ! il était presque trop tard pour participer au concours ! Pas grave, je n'avais pas vraiment l'inspiration pour une version canonissime, un hack de folie et les photos démentes qui auraient mis en valeur ma pépite. Le mood hivernal et la luminosité inexistante étaient mon quotidien du moment, j'allais donc télécharger ce patron et simplement me faire plaisir en cousant une jolie blouse dans un tissu qui appellerait le printemps ! 



Tilda est un patron proposé par Maison Fauve (voir) D'un niveau intermédiaire, il est peu gourmand en tissu : 1mètre à 1,20 mètres seront suffisants pour la version manches courtes ! Prévoyez un poil plus pour la version manches longues.

Il est conçu pour une stature d'1,65 mètre et les marges de couture sont comprises.



J'avais dans l'idée au départ de le coudre dans une broderie anglaise du stock pour un style romantique et intemporel ou dans un crêpe uni de couleur vive voir une matière légèrement satinée pour faire ressortir le jeu de plis du devant et des manches. 


Et puis, dans mon magasin de bricolage (qui dispose d'un petit rayon tissu) je suis tombée sur cette viscose colorée : le crush ! J'ai acheté 1,10 mètres et l'après midi même j'attaquais ma blouse !



Je suis partie sur une taille 40, qui correspondait comme pour les autres marques à mon tour de poitrine dans le tableau des tailles.


Trouvant le modèle très ras de cou, j'ai creusé le devant de mon encolure de 1,5 cm (j'ai allongé les plis d'autant pour conserver leur longueur)


Aucun souci pour la réalisation de cette blouse, les pièces tombent parfaitement, tout est limpide  et une vidéo pas à pas sur Youtube rend le modèle encore plus accessible (elle est ici)



Un peu de minutie sera cependant nécessaire pour la réalisation des plis. La vidéo vous montre comment faire très simplement. C'est là que vous vous dites qu'un tissu prenant bien le pli est un réel confort de couture !



L'encolure se construit sur une parmenture avec une finition fente dans le dos....et un joli bouton kibrille ! J'ai utilisé un thermocollant léger pour ajouter un peu de tenue à ma parmenture.


La blouse étant très évasée sur les côtés, j'ai retiré 2 centimètres en bas de mes pièces patron dos et devant (en partant de 0 sous l'emmanchure) Soit 8 centimètres d'ampleur en moins en bas sur le vêtement fini.



Etant assez large d'épaules, j'ai pris l'habitude de bien ajuster le haut des manches/ haut des l'emmanchures lorsque je couds des pièces froncées aux épaules pour éviter la carrure de lutteur que je trouve peu flatteuse.

J'ai donc recoupé 1 bon centimètre en haut des emmanchures. Ainsi le haut de manche froncé démarre sur le dessus de l'épaule et non dans son prolongement et la carrure reste raisonnable.



Le seul petit hic à mon sens, (qui est peut être propre à ma morphologie) concerne l'encolure. Même creusée d'1,5 cm, je me sens toujours un peu gênée à la base du cou. J'aime porter ma blouse comme sur la photo ci dessus (la fente au dos n'est pas fermée

Je la porte actuellement sous un gilet, donc la fente reste ouverte et je pense que j'allongerai la bride pour la porter seule ce printemps, je gagnerai ainsi un peu d'aisance.



J'ai noté la modif encolure qui me convient sur mon patron, je pourrai donc coudre à nouveau cette blouse sans me poser de question et sans tarder !


Parce que je suis complètement fan de ces petits plis, de ces jolies manches, de ce rendu avec juste ce qu'il faut de classicisme ! 


Et puisque le tissu choisi est pour beaucoup dans le style final du modèle, je vois bien une version (dans des couleurs que je ne porte que rarement mais qui me font trop envie depuis un moment) : un rose fushia ou un violet....et dans un tissu satiné pour une version so chic à porter avec un slim noir, et soyons fous : des talons ! Rholàlà, ce serait caaanon, j'ai trop hâte !






Du 34 au 52, niveau intermédiaire.

Fournitures : 1,10 de viscose fleurie, un peu de thermocollant léger, un bouton.

Mes modifs : encolure creusée d'1,5 cm, ampleur bas réduite.

Techniques : Soigner ses plis, parmenture, fente dos, 

Mon avis : Un bon patron, facilement modifiable et au rendu très sympa.




Bonne fin de semaine à vous.