Fourni par Blogger.

Relooking : Un meuble couture !

 Hello tout le monde !


Voilà un petit moment que je n'avais pas manié la spatule, fait fumer le papier de verre, et joué du pinceau, ça me manquait un peu je dois bien l'avouer !

Il faut dire aussi que je n'avais aucun besoin de nouveaux meubles et pas du tout la foi pour m'atteler à la restauration d'un gros bidule bien lourd, encrassé et malodorant ! 


Pourtant, quand juste avant le confinement, fifille n°1 m'a proposé une après midi brocante, j'ai foncé ! Nous avons en commun l'attrait pour les vieilleries et fouiner dans un bric à brac poussierieux et glacial pendant trois plombes ne nous effraie même pas !

Nous nous délections par avance d'une incursion bienfaitrice dans ce temple de la vieillerie, ce royaume de la poussière et de l'improbable ou cohabitent sans complexes une mobylette hors d'âge, une tête de sanglier empaillée, un pot de chambre douteux et des poupées aux orbites béants, dignes des pires films d'horreur ! Tout ceci sous l'oeil blasé de deux félins trônant sur une banquette Napoléon 3 ayant connu des jours meilleurs ! 

La glace fut rapidement rompue avec les poilus qui passèrent directement de la banquette à mes genoux encouragés par nos caresses et exclamations bêtifiantes de mémés à chats en devenir !


Fifille n°1 dénicha une lampe en laiton absolument canon pendant que je lorgnais sur une vieille travailleuse à tiroirs. Je ne savais pas au départ à quel usage la destiner mais elle avait du potentiel, ne coûtait pas grand chose et son état correct allié à son petit gabarit promettaient une restauration plutôt simple !

Le relooking est maintenant terminé depuis quelques jours, la travailleuse a trouvé sa place et je l'adore ! 



Allez, je vous détaille toutes les étapes de la restauration, ça vous dit ?



La travailleuse était dans un relatif bon état, le vernis était abîmé mais l'intérieur était propre, la structure saine et les tiroirs coulissaient parfaitement.


L'espace de rangement était plutôt sympa : un grand compartiment et deux tiroirs...et c'est en nettoyant les tiroirs que j'eus l'illumination quand à son usage ! Oh purée mais c'est bien sur !


Non, je n'allais pas y ranger mes matous ! Même si mon gros dindon semblait s'y trouver à son aise ! 

Une fois la travailleuse nettoyée avec un produit javellisé et sèchée, j'ai utilisé un décapant chimique car si je comptais repeindre le corps du meuble, je voulais conserver le plateau dans une couleur naturelle.

J'ai étalé une couche épaisse de décapant, laissé agir 20 bonnes minutes avant de tout retirer à la spatule et de rincer :


Une fois sec et poncé au papier de verre, le plateau était encore trop foncé à mon goût.
Je l'ai donc passé au produit javellisé très peu dilué à deux reprises.


Le bois du plateau avait bien blanchi. Je l'ai poncé à nouveau à grain moyen/fin.
J'ai ensuite poncé le corps du meuble au papier de verre moyen de façon à bien rayer le vernis puis je l'ai dépoussiéré et recouvert d'une sous couche d'accroche (liberon)

J'ai passé 3 couches de vernis incolore aspect ciré sur le plateau (en ponçant légèrement à grain très fin entre chaque couche)
Le corps du meuble a lui été recouvert de deux couches de peinture acrylique (je n'ai pas de référence, j'ai mélangé des fonds pots qui me restaient en jouant sur les quantités pour obtenir la couleur voulue !)

Je n'ai pas changé les boutons qui matchaient parfaitement avec le nouveau style du meuble.

Et niveau style, il envoie du pâté mon petit meuble couture :



Le mini ragondin, n'a rien loupé des étapes de la restauration et en bon pot de colle, a tenu à prendre part à la séance photo !


Et puisque mon meuble sera destiné à l'atelier, pour lui ajouter du style et rester dans le thème, je l'ai habillé d'un sticker (réalisé à la caméo à partir d'une image trouvée sur internet ). 


Il me plait vraiment beaucoup et pour ce qui est de son utilité......


J'ai recouvert les fonds de tiroirs de bullgomme et j'ai rangé toutes mes bobines de fils pour la brodeuse !
Ils étaient jusqu'alors dans une caisse en plastique planquée sous le bureau ! Ils sont maintenant bien rangés, à l'abri de la lumière et placés juste à côté de la brodeuse pour être à portée de main !

Bon, je précise pour les puristes que les bobines du haut ne sont pas des fils à broder mais la collection Madeira à coudre et quilter (et broder accessoirement) ils m'avaient été offerts lors de l'achat de ma machine à coudre.


Je retoucherai je pense les rebords de tiroirs qui ont été nettoyés et poncés mais ressortent cracras à côté de la peinture claire.

Voilà un petit projet tout simple et super gratifiant, je frôle l'hystérie quand j'ouvre mon meuble tellement c'est beau ! Et à l'usage, c'est tellement plus pratique que ma caisse en plastique !


Quand au mini poilu, il peut toujours courir pour me piquer mes bobines !



                                                                    Bonne fin de semaine à vous !







Azur printanière !

 Hello ! 

Pour ce printemps j'ai des envies de petites fleurs. C'est maladif : je ne regarde que les tissus fleuris, que les vêtements fleuris, je suis en extase devant mon massif ou 5 tulipes cohabitent péniblement avec 10 jonquilles et quelques muscaris.

Je me le suis promis : dès qu'on ne se gèlera plus les fesses, je file dans les bois me faire un bouquet de pervenches, ou même de coucous ! Parce que les coucous des bois, ce ne sont pas les mêmes que les coucous des champs, pô du tout ! Ils sont vaaachement plus gros et ça, c'est vaaachement mieux !


C'est donc en pleine fleurettes mania que j'ai décidé de me coudre une nouvelle version de la chemise Azur. J'ai répertorié rapidement les tissus fleuris du stock et jeté mon dévolu sur une popeline d'inspiration liberty fraîche et colorée, c'était parti pour une chemise printanière délicatement fleurie !



Azur, vous l'avez déjà croisée sur le blog puisque je l'avais cousue ICI en version froufroutante et elle fait sans nul doute partie de mes vêtements les plus portés.

Cette nouvelle chemise, je la voulais un peu plus sobre, c'est pourquoi j'ai choisi de coudre le col cavalier classique. Par contre j'ai conservé les poignets à froufrous qui offrent une petite originalité mignonne comme tout !



Les fronces sur le milieu du dos et sur l'avant de l'empiècement d'épaule en font une chemise féminine, je l'ai cousue cette fois à la longueur prévue dans le patron afin de la portée rentrée dans le pantalon et légèrement blousante.



Ce modèle d'un niveau avancé, requiert un peu d'expérience et de minutie puisqu'il comporte tous les codes techniques de la chemise. 
Le patron est très bien fait, les marges de couture sont incluses et si le livret explicatif est assez succinct, c'est pour profiter pleinement du sew along clair et détaillé proposé sur la chaine youtube de la marque (ICI) 


Cette seconde chemise Azur, je la voulais parfaite, je connaissais le modèle, j'avais déjà cousu pas mal de chemises alors pas d'excuse : aucune couture légèrement déviée, aucun petit pli mal placé...la perfection !
Sauf que j'ai voulu coudre une après midi ou j'étais complètement crevée et stressée...et j'ai fait rien que des conneries ! Mais de la connerie de pro, du sur mesure hein : du genre faire et défaire 3 fois les fentes indéchirables des manches !!! Il y avait un petit pli moche au centre de la fente, abomination !!! Et d'abord mes plis de poignets ne tombaient pas comme il aurait fallu...


Le lendemain, j'ai usé du découd vite et tout démonté ! J'ai tout refait tranquillement et cette fois, c'était nickel : fentes de manches, plis de poignets, tout tombait pile poil. J'ai ensuite cousu mes poignets froufroutés et terminé les manches.



L'originalité du col de ce modèle est qu'il n'est constitué que d'une pièce col et d'un biais de recouvrement. Pas de col/pied de col à assembler, c'est plus simple et le biais permet une finition très propre mais du coup le repli du col se fait moins facilement, je le marquerai au fer je pense.


Je n'ai pas utilisé de thermocollant puisque ma popeline avait un peu de tenue et que je voulais garder la souplesse du tissu.

Quand aux pattes de manches qui permettent de garder la manche relevée, je ne suis pas du tout fan, donc je ne les ai pas faites.


J'ai essayé ma chemise avant l'assemblage des manches pour retoucher la largeur si nécessaire mais elle tombait nickel ( j'ai cousu un 40 pour mon 40 du commerce).
Nouvel essayage une fois les manches mises en place et là, j'ai repris la carrure sur un petit centimètre car elle était un peu large.


J'aurais pu je pense retirer un ou deux centimètres de longueur manches mais j'ai l'habitude de toujours relever mes manches quand je porte une chemise, regardez les photos, c'est plus fort que moi, je relève mes manches !!!


Voilà une chemise Azur qui sera comme la précédente beaucoup portée. Elle me plait, je sais que les finitions sont top et surtout, je me sens bien dedans. Quand aux petites fleurs...ouhlàlà : j'adore !



                                                       

                        Modèle : Chemise Azur - Atelier Scämmit du 34 au 48

  Niveau : avancé

                                    Fournitures : 1,40 m de popeline, boutons en nacre du stock.

               Points techniques : fronces en tous genres et techniques spécifiques aux chemises : fente indéchirable, montage de col, patte de boutonnage...

                    Mes modifs : pas de patte d'attache de manche, c'est tout !

                            Mon avis : J'adore ! Les variations possibles en font un modèle super pratique, bien taillé et qui gagne en accessibilité grâce au pas à pas vidéo (ici)




Bon week-end à vous.




Mignonnerie : le Doudou brodé et sa bavouille !

 Hello tout le monde !

Voilà un moment que je n'avais pas cousu pour les petits et ce cadeau de naissance tombait à point nommé pour me permettre de faire le plein de mignonnerie !

Tellement d'ailleurs que j'ai mis de côté ma cousette en cours pour m'attaquer illico à ce doudou hibou !



Un doudou déjà cousu à plusieurs reprises et dont j'avais élaboré le patron à partir d'une photo vue sur un catalogue et de ce que j'avais en tête. Le patron a été amélioré petit à petit jusqu'à obtenir les proportions idéales selon moi. Si mon patron était soigneusement rangé dans sa pochette, je n'avais laissé aucune note concernant l'assemblage et ne l'ayant pas réalisé depuis longtemps, j'ai un peu ramé pour remettre les étapes dans le bon ordre !



Le doudou est ci cousu dans un sweat velours (tissus rouge et bleu marine) et dans un velours éponge rayé. J'ai ajouté une touche de liberty Wiltshire que j'adore et qui faisait le lien entre les différents coloris de la bestiole !

Bestiole qui se devait d'être personnalisée au prénom de sa petite destinataire....et réaliser une broderie machine sur un tissu velours bien fourni et très extensible est toujours un peu risqué !



J'ai donc commencé par faire une broderie test sur un échantillon du même sweat velours : avec un bon stabilisateur déchirable dessous, un avalon hydrosoluble dessus et en brodant hors cadre, c'était parfait !

J'ai cousu l'essentiel du hibou à la surjeteuse pour des coutures solides sur tissu extensible et réalisé le col et les appliqués de la tête à la machine à coudre.



Le doudou est assez grand puisqu'il mesure 45 cm de haut sur 53 de large bras et jambes tendus. 

Une fois mes tissus velours rangés, j'ai voulu continuer sur ma lancée et j'ai cousu un bavoir assorti au doudou !


Patron maison d'après un schéma rapide. La partie haute est habillée d'un petit col rond en liberty et bordée en bas de passepoil doré qui fait la transition avec la partie basse légèrement froncée. 


J'ai là aussi personnalisé le bavoir au prénom de la demoiselle ( même procédé de broderie que pour le velours extensible afin que les bouclettes de l'éponge ne débordent pas sur le lettrage de la broderie)


Le bavoir est assez grand et large pour bien protéger. Il est surtout comme je le voulais et j'ai pris beaucoup de plaisir à le coudre ! C'est là que je me dis que j'aurais peut-être dû noter ses dimensions pour pouvoir le réaliser à nouveau un de ces jours ! 




Pour terminer je vous présente un nouvel arrivant dans l'atelier : Vieux, crasseux mais tellement efficace ! (Mannn  Dieu mais qu'est-ce qu'elle raconte ???)

Je l'ai croisé dans une recyclerie ou il m'a coûté la somme astronomique de 2,50 euros et avec une garantie !!! Je l'ai donc adopté en lui promettant un bon nettoyage et surtout un essai électrique de peur qu'il ne fasse péter les plombs ( Mannn Dieu mais elle a fumé un truc ???)


Allez, je vous le présente en cours de nettoyage :



J'avais commencé par le brancher en croisant les doigts : il chauffe à toute vitesse et le thermostat fonctionne parfaitement !

J'ai ensuite pu passer au récurage : j'ai nettoyé les côtés de la semelle au papier de verre à l'eau car ils étaient bien tachés, le dessus chromé a été détaché en laissant agir un produit nettoyant et tous les recoins ont été astiqués à la brosse à dents humidifiée du même produit nettoyant. 


Il est redevenu tout pimpant sans trop d'efforts et je l'ai ensuite customisé pour magnifier son look vintage tellement joli :



Des paillettes bordées d'une bande dorée, un sticker ici, un autre là et basta ! Il est beau comme un camion Léon (Rowenta de son vrai nom) !

Lassée de descendre à la laverie (ou se trouve ma centrale vapeur) 10 fois dans une après midi couture, j'avais fini par installer une petite planche à repasser sur pieds à l'angle de mon bureau et j'avais un fer ordinaire dans l'étagère en dessous.


Sauf que ce fer était lourd, assez massif et avec un cable électrique très court. Papy Léon est beaucoup plus fin et maniable, il sera parfait pour les fronces, pour marquer les pattes de boutonnages, les ourlets, ouvrir les coutures... mais également pour poser flex et thermocollant quand au cable électrique, il est super long et en parfait état !

Sans parler de son look vintage carrément décoratif !



Papy Léon est reparti pour une nouvelle vie et un usage modéré puisqu'il restera à l'atelier. Il fonctionne du tonnerre et j'ai autant de plaisir à le regarder qu'à l'utiliser !



                                                                                Bonne fin de semaine à vous !




Une Magnolia...version blouse !

 Hello !

Vous reprendrez bien une petite part de Magnolia ?

Ce patron que l'on ne présente plus a encore fait des siennes par ici ! Après l'avoir cousu deux fois dans sa version robe ICI et ICI c'est maintenant en version blouse que j'ai souhaité le décliner.

C'est en fait ma mini (penser à changer ce petit nom ....la mini en question est plus grande que moi !) La mini donc, voulait un top cache coeur, bien cintré avec des manches papillon, des fronces qui partent en forme évasée ...comme celui trop bôôô vu sur Shein !!! Cette description correspondait parfaitement au haut de la Magnolia, et pour le bas, je n'aurais qu'à supprimer la partie jupe que je remplacerais par une basque froncée ! 



J'ai repris les mensurations de la miss et décidé de couper un 36 au niveau épaules/poitrine et un 38 à la taille. Les marges de couture sont comprises dans le patron, et elles sont de 1,5 cm.

Comme pour les robes cousues l'an dernier, j'ai choisi la version B : décolleté sage et manches papillon.



Le tissu choisi par ma fille est un crèpe /viscose Driessen stoffen, très sympa à coudre et légèrement extensible. Il ne prenait pas le pli j'ai donc fait quelques surpiqures de maintien au niveau de la ceinture.

J'ai bordé le décolleté (en simple épaisseur dans cette version) d'un simple biais écru du commerce.



J'ai assemblé le corsage comme expliqué dans le patron, j'ai ensuite cousu ma ceinture sur les pièces corsage devant et dos, pièces sur lesquelles je suis venue poser une basque froncée de 90 x 21 cm.

Il suffisait ensuite de fermer l'un des côtés et de poser une fermeture invisible de l'autre.



Zieutez moi cette fermeture invisible ! je suis fière comme un pou ! Bon, je l'ai démontée en râlant car les côtés de la ceinture ne tombaient pas pile poil l'un en face de l'autre et ça me brûlait la rétine mais je n'ai pas regretté d'avoir pris le temps de découdre pour refaire puisque tout tombait nickel ensuite.

Pour ce qui est de la poitrine, la Magnolia est d'après ce que j'ai pu lire, prévue pour un bonnet B voir C, j'ai donc comme pour la version robe de la mini coupé selon le patron sans modification et juste raboté d'un centimètre la profondeur poitrine dans la découpe princesse....

M'ouais, c'est correct mais je me dis qu'un SBA aurait tout de même été plus judicieux pour son bonnet B. A mon sens, ce patron est plutôt prévu pour un bonnet C ou D (sur moi, pas besoin de modif poitrine par exemple)



J'ai cousu la blouse quand ma fille était au collège, donc je n'ai pas pu faire d'essayages/ajustements !

Autant vous dire que j'étais un chouilla nerveuse quand à son retour, nous sommes montées à l'atelier pour essayer !



J'ai juste repris un demi centimètre sur la profondeur poitrine, resserré un peu la taille et ç'était parfait, ouf !



Le fait que la miss ait voulu passer la blouse à peine finie alors qu'elle était encore sur mon mannequin de couture était bon signe...ça lui plaisait !



Un petit point à la main sur le croisement du décolleté pour éviter qu'il ne s'ouvre trop et la blouse Magnolia était prête !



Je trouve cette version très mignonne et parfaite pour les beaux jours. Le tissu est gai, souple, confortable avec juste ce qu'il faut de fluidité. Si je couds une nouvelle Magnolia pour la mini, je passerai cette fois directement par la case SBA (Small Bust Adjustment).



Modèle :  robe Magnolia - Deer and Doe (du 34 au 52 en PDF) 11 euros.
Niveau : 3/5
Fournitures : 1,40 m de crèpe/viscose fleurie, 1 fermeture invisible de 30 cm, biais.
Mes modifs : supression de la partie jupe et ajout d'une basque froncée. Suppression de la ceinture nouée.
Mon avis : Un super patron, à faire et refaire.



Bon week-end à vous !