vendredi 16 novembre 2018

Andréas des bois !

Hello les filles !

Je crois n'avoir jamais autant profité des couleurs d'automne que cette année. Vous avez vu ces jaunes pleins de lumière, ces rouges flamboyants, toutes ces déclinaisons allant des oranges vifs aux bruns chauds et ces derniers tons de verts qui se teintent d'or au fil des jours... un pur bonheur pour les yeux.

Pour ces deux nouvelles cousettes, je ne pouvais décemment pas zapper l'étape photo en forêt, c'était incontournable !
Bon, alors pour la première série photo, le soleil a soudain cédé la place à une grosse averse que nous avons prise sur la tronche avant un retour précipité et hilare dans la voiture heureusement garée pas très loin...

Quand à la seconde série...il faisait sombre dans ce joli petit coin situé tout au fond des bois...et il faisait surtout un froid de canard ! J'avoue avoir un peu pétoché lorsque des craquements et bruits de feuilles semblaient se rapprocher de plus en plus...je n'allais pas transmettre ma psychose à la mini qui s'éclatait avec l'appareil photo...surement rien d'autre qu'un animal...ou un monstre sanguinaire tout droit sorti d'un film d'horreur et avide de chair fraîche...peuh...même pas peur d'abord ! j'suis une fille de la campagne moi ! Dis poulette, si on rentrait boire un chocolat chaud ?

Allez, maintenant que j'ai démystifié l'ambiance des photos qui suivent, je vous parle du modèle ?
Il s'agit du Sweat Andréa déjà cousu ICI et quoi vous dire sinon que je suis fan de ce patron tout simple et vraiment bien fichu !


J'ai commencé par coudre le sweat de fifille n°2.
Elle avait choisi son tissu (voir) le sweat serait donc en version toute simple, sans les bandes horizontales proposées dans le patron.
Cahier des charges : qu'il soit bien large, pas trop long, et qu'elle puisse planquer ses mains dans les manches...ahem...parfois je dois avoir un air ahuri devant de telles demandes...
Même si les mains ont été sorties des manches pour les photos, ont voit que les manches sont bien longues, le sweat (intérieur velours doudou) est hyper doux et confortable, mademoiselle est conquise.
J'ai coupé le patron en taille 36 pour le 14 ans du commerce de mademoiselle. J'ai taillé le bas du corps droit en rabotant la largeur bas d'environ 6/8 cm j'ai du coup adapté ma bande de bord côtes en la réduisant dans les mêmes proportions.
1,30 de tissu ont été suffisants et 0,50 cm de bord côtes (acheté au mètre en tubulaire)
Rien de compliqué dans la réalisation. Tout l'assemblage a été fait à la surjeteuse et le col surpiqué avec le point extensible de ma machine à coudre.
Même si je suis plutôt appliquée, que je veille à soigner mes finitions lorsque je couds, ce genre de sweat se réalise vraiment rapidement. En 2 heures 30, il était terminé !


On continue avec une version hackée du sweat Andréa !
Vous l'avez aperçu en haut de page, j'ai cousu mon sweat avec un plastron volanté !
J'ai pour ce faire utilisé un tissu molleton brun/rouille chiné Voir (qui ressort plutôt beige sur les photos) là encore, 1,30 mètres ont été suffisants, ainsi qu'un morceau de bord côtes brun.

J'ai repris mon patron coupé en taille 40/42 pour un effet assez loose. (les marges de couture sont comprises)
Pour la réalisation du plastron volanté, j'ai suivi le tuto du blog 23 rue des roses.
Mon volant mesurait ici 1,30 de long sur 6 cm. Je l'ai bordé d'un ourlet roulotté.
J'ai également modifié les manches que je voulais amples en bas et terminées par une bande de poignet assez longue.
J'ai donc raccourci mes manches de 5 cm et repris le tracé de la manche depuis le haut de façon à leur ajouter 4 cm de chaque côté en bas. Ma bande de poignet mesurait elle 22 cm de hauteur totale (soit 11 cm une fois en place)
J'ai légèrement redessiné l'encolure : je l'ai creusée de 2 cm et moins évasée sur les côtés.
Je ne l'ai pas surpiquée sur cette version. Un coup de fer à repasser suffit de toutes façons à la maintenir bien plaquée.
Assemblage à la surjeteuse sauf pour le plastron à volant cousu au point droit de la machine à coudre.
Le plus long ici fut justement la mise en place du volant et la répartition régulière des fronces. Rien de difficile mais il ne faut pas hésiter à faire preuve d'un peu de minutie.
Une touche d'originalité pour ce sweat dont j'aime beaucoup la couleur (bien plus chaude que sur les photos)
Confortable, facile à associer, le genre de petit haut qui va à coup sur être beaucoup porté cet automne et cet hiver.

Patron : Andréa - Petit patron (du 34 au 48 et maintenant en grandes tailles sur le site)
Niveau : Intermédiaire
Tissus : 1,30 mètres de molleton et 0,50 cm de bord côtes par sweat
Difficultés : coudre un tissu extensible, pose de bord côte, encolure bord côte, plastron volanté.
Mes modifs : sweats rabotés en largeur bas. Encolure et manches redessinées sur le second. Ajout d'un plastron volanté.
Mon avis : Mon sweat basique à décliner en plein de versions différentes !

Bon week-end à vous !




 Il semble que le formulaire de commentaires ci dessous soit parfois capricieux !
 Merci à celles qui me l'ont signalé !
 J'ai fait quelques vérifications et tout semble fonctionner de chez moi (sous chrome et firefox)
 Sur tablette et portable, il faut passer la page en mode "ordinateur" afin de pouvoir commenter.

Ces bugs semblent être ponctuels, il suffit parfois de recommencer un peu plus tard.
Dans tous les cas, commentez puis choisissez de vous identifier sous : Nom/URL ou par le biais de votre compte Google.

mercredi 7 novembre 2018

Villette d'automne !

Hello les filles !

J'avais craqué pour le manteau Villette à la sortie du magazine l'hiver dernier et pourtant ce n'est que cet automne que je l'ai réalisé.
J'adore ce genre de manteau oversize, que l'on peut enfiler au dessus d'un pull un peu long sans que rien ne dépasse, dans lequel on s'emmitoufle dès des premiers frimas, que l'on associe à une belle écharpe, à un foulard coloré pour affiner un look.
Je le porte en version classe avec des bottines à talons et mon étole écrue, ou carrément plus rock avec un jean délavé des chaussures à clous, à boucles et mon foulard à franges !

Bref, qu'il soit sage ou décontracté, pas de doute : il me plait !
J'ai choisi de coudre mon manteau dans un lainage noir (Mondial tissu) la qualité ne sera pas terrible je pense. J'aurais voulu quelque chose d'un peu plus épais et agréable au toucher c'est pourquoi j'ai préféré me rendre en boutique pour "toucher" le tissu plutôt que de commander sur internet....et ce jour là, il n'y avait guère de choix chez Mondial.
J'ai fait plusieurs modifications par rapport au patron du magazine : à commencer par les poches, je voulais des poches paysannes à la place des poches plaquées proposées !
J'ai donc patronné mes poches toute seule comme une grande en cousant tout d'abord une pièce d'étude afin de bien comprendre le montage du bidule ! Je me suis aidée du tuto de Clo (ici) qui détaille bien ce montage un peu technique.
Et ma manie de bâtir avant d'assembler on en parle ? Couture à l'ancienne dirons certains, en tous cas c'est efficace et m'a déjà permis d'éviter pas mal de ratés. J'essaie mon vêtement une fois bâti, je peux ainsi l'ajuster avant la couture définitive !

J'ai aussi ajouté une surpiqure au milieu dos et au niveau des épaules pour un style plus travaillé
ainsi que deux panneaux à l'avant du manteau surpiqués eux aussi.
J'ai pas mal raccourci le manteau. ("si tu n'es pas très grande, ça va te tasser ma chérie" dixit Christina) Même si l'avis de Christina m'importe peu, je reconnais que les formes longues ne me vont pas alors j'ai joué la sécurité en recoupant mon manteau Villette d'une dizaine de centimètres.
Ce manteau est considéré comme facile selon le système de notation du magazine (niveau 1/4) là, je reste perplexe : c'est tout de même un manteau entièrement doublé, avec un col tailleur, les explications sont suffisantes et j'ai cousu mon manteau sans encombre mais de là à le juger adapté aux débutants...
J'ai certes choisi d'y apporter des modifications qui ont corsé l'affaire et demandé un peu plus de temps mais personnellement, je qualifierais le modèle de base d'un  niveau de difficulté "moyen".
J'ai choisi une cotonnade imprimée (Mondial tissu) pour la doublure et afin d'enfiler facilement mon manteau, j'ai cousu les manches en tissu doublure satiné.
Voici donc ci dessus ma doublure prête à être assemblée au manteau extérieur.
Et la voilà en situation :
Pour la praticité de mon manteau, j'ai décidé de faire une autre petite modification :
Regardez le bas de ma manche...vous n'y voyez rien de particulier ?
Et bien si ! J'y ai cousu une bande de bord côtes qui se replie à l'intérieur de la manche !
Avec les modèles La Maison Victor, j'ai pris l'habitude de coudre une taille en dessous de ma taille habituelle (38/40 en haut) Le magazine proposait le patron en 38/40 ou en 34/36 qui du coup aurait surement été trop juste.
Il me fallait un 36/38...alors j'ai coupé un 38/40 auquel je n'ai ajouté que quelques millimètres de marges de couture !
Et bien voilà un manteau idéal pour l'automne et le début d'hiver. Sa forme me plait, je garde mon patron annoté pour une prochaine version que je verrais bien dans un lainage épais, tout doux et pourquoi pas à carreaux !
Merci à fifille n°1, ma photographe du jour pour cette ribambelle de photos !

Et vous, quel est votre modèle de manteau preferé ?


                         Manteau Villette, La Maison Victor (Janv/fevr 2017)du 30/32 au 46/48
                Niveau de difficulté : moyen
                Tissu : 2,30 m de lainage 1,30 m de doublure (je n'ai pas utilisé de thermocollant)
                 Mes modifs : Poches paysannes, surpiqures, panneaux à l'avant, poignets de manches.


                                                                     Bonne fin de semaine  !



             


lundi 22 octobre 2018

Limbo !

Hello les filles !

Et bien voilà ! Mes photos sont faites, ce fameux sac a été offert il y a quelques jours, je peux maintenant vous le montrer !
Pour celles qui ne connaîtraient pas ce modèle, je vous plante le décor : Limbo est un patron de sac de chez Sacotin.
On ne présente plus Sacotin et ses patrons super détaillés qui rendent le plus ardu des projets facilement accessible tant les explications sont une merveille à suivre.
En bonne addict de la marque, j'ai déjà cousu pas mal de modèles dont le java, le complice, plusieurs pochettes zip zip, un cachotin...Actuellement, ce sont le Boston et le Boogie qui me font de l'oeil.

Notre Limbo est donc un patron de sac à dos...mais pas que ! On le plie, on clipse et hop ! le sac à dos se mue en une chouette besace !
Petit plus : Il se décline en deux tailles : petit limbo (hauteur 28 cm) et limbo (hauteur 34 cm) c'est ce dernier que j'ai choisi de coudre.
Z'avez vu comme c'est pratique et bien fichu ?

Le choix des tissus utilisés sera je pense primordial pour se modèle puisqu'il doit avoir suffisamment de tenue en mode sac à dos afin de ne pas s'avachir piteusement mais en même temps rester souple pour pouvoir être replié facilement en mode besace.

J'ai utilisé ici une suédine d'ameublement noire bien épaisse pour le devant et les côtés du sac. Le dos, l'empiècement contrasté du devant, ainsi que les renforts de la bandoulière sont cousus dans un tissu d'ameublement assez fin.
La doublure est en coton imprimé. Je l'ai entoilée de vliesline H630 (molleton thermocollant) pour une bonne tenue.

Et pour ce qui est des accessoires métalliques ? parce que mine de rien il faut un peu de quincaillerie sur ce type de sac !
J'ai comme pour mon Java acheté un kit de fournitures  à la mercerie des créateurs. Le rapport qualité/prix tout comme le service sont irréprochables. J'y avais pris également ma sangle et quelques vis chicago pour tester le truc qui soit dit en passant est topissime !
Bien que d'un niveau avancé, l'assemblage de ce sac ne m'a pas posé de problème. Toutes les étapes sont clairement détaillées (schémas). Il suffit d'avancer tranquillement, avec un peu de minutie et le sac prend forme rapidement.
On coud d'abord l'extérieur du sac puis la doublure. L'étape finale consiste à assembler les deux.
Sur le devant du sac, j'ai choisi d'ajouter une petite broderie (broderie machine) pour habiller ce panneau un peu trop austère à mon goût.

Une poche à fermeture à l'intérieur, une autre au dos du sac, des jolies finitions, il est pratique et bien pensé ce limbo.
Les bretelles sont renforcées pour être plus confortables (j'ai ici glissé un morceau de polaire épais dans mon renfort) On conserve l'avantage de la bretelle qui ne scie pas l'épaule quand on passe en mode besace.
Les épaisseurs de sangle coton passent assez facilement sous la machine. J'ai équipé ma pfaff d'une aiguille jeans 90 pour coudre ce sac et allongé mon point à 3,5/4 lors de coutures en épaisseurs.
Lors de mes premiers passages sur le site, Limbo n'est pas le modèle qui m'avait attirée de prime abord. C'est surtout sa praticité qui m'a poussée à le coudre. Mais au final, je reconnais que ce sac est vraiment sympa. Je n'hésiterai pas à le réaliser à nouveau !

Je pense que le choix des tissus et la qualité des finitions seront pour beaucoup dans la réussite de Limbo.

Patron : Limbo (sacotin)
Niveau : avancé
Tissus : suédine ameublement 40 cm, tissu fleuri 40cm, doublure 60 cm (+ molleton thermocollant)
Mes modifs : Extérieur non entoilé. Doublure entoilée entièrement.
Techniques : Coudre les épaisseurs, poches à fermeture, doublure...
Mon avis : Jamais déçue par les modèles Sacotin ! Il est agréable à réaliser pour un joli rendu.


Une question me taraude maintenant : Boogie ou Boston ? 

Bonne semaine à vous, je retourne à mes poches paysannes....pour quel projet ? je vous montre ça dans un prochain article !