vendredi 16 juin 2017

Indispensables !

Hello les filles !

Il y a de ça quelques semaines, je m'étais laissée tenter par la jolie blouse flamenco de Delphine et Morissette.
Ce patron m'avait alors tellement emballée que sur ma lancée, j'avais cousu pas moins de trois flamenco !
Si les modèles de cette marque me font fréquemment de l'oeil, c'est sur un classique que j'ai cette fois jeté mon dévolu : l'indispensable !

Un petit haut simple et plein de charme, un patron qui se décline en 3 versions : basque entière ou sur les côtés.
La taille est impeccable, le montage classique et efficace, ce qui en fait une bonne bonne base modulable à volonté tant pour des blouses que pour des petites robes.
Rien de compliqué dans la réalisation de l'indispensable. J'ai choisi le modèle avec basques sur les côtés. Il suffira d'un peu de minutie au niveau de la mise en place des basques et surtout d'un tissu ayant une belle fluidité.
J'ai opté ici pour un crêpe très fin (buttinette) Super léger et agréable à porter. Il était par contre très glissant et fragile. Malgré mon aiguille microtex, il était entraîné vers l'intérieur de la machine à chaque début de couture.
J'ai résolu le truc en collant un petit morceau de scotch sur mon tissu à chaque début de couture ayant peu d'épaisseur.
Pour palier au glissant du tissu, j'ai bâti toutes mes coutures, ourlets compris avant de les piquer.
 J'adore ce tissu : La couleur, le motif, la texture, le tombé, il était parfait pour ce modèle.
J'ai très légèrement creusé le devant de l'encolure et adapté la longueur à ce que je souhaitais.
Une jolie ampleur et une fluidité qui en font un top agréable à porter même avec les chaleurs de ces derniers jours.
Sans aucun doute mon petit haut chouchou du moment !
Et puisque mon patron était sorti....que cette chouette dentelle attendait son heure...que fifille n°2 me regardait avec des yeux de biche éplorée...

J'ai tenté l'indispensable en dentelle ! Mais attention, pas n'importe quelle dentelle, une dentelle bien ajourée et élastique !
Pour limiter la casse, j'ai choisi le modèle avec basque complète (enfin, c'est celui que préférait la mini et ça me convenait plutôt bien !)

Pour ce qui est de la couture de la blouse, j'ai bâti encore et toujours, surjeté plutôt que cousu pour préserver l'élasticité du tissu et éviter les gondolages intempestifs, usé de point zigzag, soutenu les coutures épaules d'un morceau de ruban...et surtout j'ai du m'armer de patience !
Patience mise à mal d'ailleurs lors de l'essayage, quand je réalisai que le 34 habituel de la mini avait ici un superbe effet... sac à patate !
La malédiction de la dentelle extensible !

J'ai recoupé le bas devant et dos ainsi que la hauteur basque puis j'ai repris les côtés... et là, impec !
Je comptais ourler la blouse d'un simple surjet replié pour conserver la souplesse du tissu mais le résultat était.... très moche !
Allez, hop ! ourlet en biais rapporté en bas, aux manches et à l'encolure pour une finition certes moins souple mais plus nette !
Au final, une couture pas toujours évidente mais mademoiselle est contente de sa blouse, qu'elle a voulu porter en mode "canicule à la cambrousse." 
L'idéal étant de la porter sur un petit top à bretelles couleur chair pour casser la transparence tout en laissant apparaître le motif gaufré de la dentelle.
Il me reste encore un beau métrage de cette dentelle extensible (promo Bennytex) Pas facile à travailler mais vraiment jolie et j'avoue qu'une blouse à basque me tenterait assez...

Allez, mon mini modèle, encore une petite photo.......
Si les photos en extérieur avaient cette fois résolu l'intrusion du gang des moustachus...c'était sans compter sur la conscience professionnelle de la concierge en chef ! 

Du 34 au 44
Niveau : facile.
Tissu : 1,20m à 1,50m selon la version choisie.
1,20m pour la version plissée sur les côtés.
Mes modifs : Encolure devant légèrement creusée et hauteur adaptée.




mardi 6 juin 2017

La robe Wanda !

Coup de coeur absolu pour une robette, croisée au détour d'un tableau Pinterest !
La robe Wanda issue du numéro de septembre/octobre 2016 de La Maison Victor.

J'avais le magazine, yesss ! Le tissu fut commandé dans la foulée. Je glanai comme à mon habitude quelques renseignements sur le modèle sur internet et décalquai mon patron sans attendre.

Non mais.... Une robe ? vraiment ?
Moi pour qui le paroxysme de la féminité se résume à un jeans assorti d'un chemisier sympa !
Moi qui fourre machinalement des trucs improbables au fond de mes poches ?
Moi qui m'assois à même le sol dans un mouvement de grâce suprême et atterris vautrée, les genoux sous le menton façon mollusque échoué !

Eh ouais ! Même que ma robe Wanda, je suis bien décidée à la porter !

Il faut dire que pour la réaliser, j'ai choisi un jersey viscose (Bennytex) très doux, confortable et au joli tombé..
Le magazine préconisait 2,50 mètres de tricot léger uni, je lui ai préféré ce jersey marinière dont je n'ai finalement utilisé que 2 mètres.

Ayant assemblé l'essentiel de ma robe à la surjeteuse, j'ai tablé sur des marges de couture de 0,7 cm.(les marges de couture ne sont pas comprises dans le patron)
Le tissu s'est avéré être un peu glissant mais convenait plutôt bien à ce modèle....et à miss moustachue !
Le style marinière en plus d'être tendance, me permet de porter ma robe aussi bien décontractée avec des petites tennis que d'une façon plus habillée...pratique !
Les empiècements triangulaires sur les côtés et la ceinture nouée plusieurs fois autour de la taille apportent une note originale. Des plis plats sur le devant de la jupe et du corsage et un petit élastique passé dans la couture taille du dos apportent l'ampleur et l'effet froncé.
Hop ! je vous montre l'astuce : Les empiècements côtés qui maintiennent la ceinture se rabattent sur le devant. On fait deux tours et on noue !
Pas de difficulté particulière niveau technique. A cause du glissant de mon tissu, je n'ai pas hésité à bâtir mes pièces et après l'assemblage à la surjeteuse, j'ai réalisé les ourlets à l'aiguille double.

Un conseil toutefois : avec ces tissus souples, n'hésitez pas à thermocoller l'encolure.
J'ai pour ma part posé un thermocollant léger sur toute la parmenture col ainsi que sur mon tissu autour de l'encolure devant, de cette façon le col V reste bien en place tout en conservant sa souplesse.
J'ai également posé une petite bande de thermocollant au niveau des coutures épaules pour soutenir le tissu et lui éviter de se déformer ( il remplacera la laminette, introuvable dans ma verte campagne)
Je me suis interrogée à propos de la longueur de la robe. Elle arrivait au niveau du genou sur le modèle du magazine.
Par habitude, j'ai ajouté une bonne dizaine de centimètres en bas lors de la découpe de mon tissu....heureusement ! C'est grâce à ces centimètres supplémentaires qu'elle a la longueur voulue !
Voilà une petite robe facile à vivre pour l'été ou la demi saison !

Robe Wanda 
La maison Victor sept/oct 2016
Du 34 au 56
Niveau 2/4
Tissu : 2,50 de tricot léger ou tissu extensible.
Mes modifs : robe allongée de 10 cm
Parmenture + encolure devant thermocollées.



lundi 22 mai 2017

Tuto : l'organiseur d'aiguilles

Allez, un article qui sort un peu de l'ordinaire aujourd'hui puisque je vous ai pondu un petit tuto !

Que vous soyez couturière occasionnelle ou aguerrie, dès lors que vous passez d'une étoffe à l'autre se pose un problème récurrent : La gestion des aiguilles machine.

Chez moi, sitôt une aiguille retirée de la machine, elle atterrit sur mon pique aiguille. Je la remplace alors par une aiguille spécifique au tissu que je vais coudre...qui rejoindra elle aussi le pique aiguille ! Je ne vais pas les ranger dans leurs boites, puisqu'elles ont déjà été utilisées !

Outre le fait que mon pique aiguille est un bazar innommable, je me trouve un tantinet contrariée dès que vient l'heure de retrouver mon aiguille jersey ou microtex en cours d'utilisation !
Qui est quoi ? quelle taille ? le problème récurrent précisément ! communément appelé le bo**** dans mon dialecte barbare de couturière furibonde.

Bref ! Vous en conviendrez : une solution s'imposait !
J'ai cogité la chose, trouvé quelques pistes sur internet, puis crayonné le projet tel que je le voyais : simple, pratique et plutôt joli tant qu'à faire.
Et puis, tant qu'à élaborer cet organiseur d'aiguilles de A à Z, autant vous en faire profiter !

Il se compose d'une grille qui vous permettra de ranger vos aiguilles en cours d'utilisation en fonction de leurs spécificités et de pochettes pouvant contenir les boites d'aiguilles neuves.
Le tout dans une forme trousse qui se ferme avec une bande velcro.
Et parce que je l'aurai souvent sous les yeux, j'ai cédé à l'appel du rose ! J'ai choisi deux tissus Tilda rehaussés d'un passepoil rose gold pour l'extérieur et un piqué de coton pastel pour l'intérieur.
Alors si cette pochette organiseur vous tente : 


Cette petite trousse est maintenant glissée dans mon tiroir, à portée de mains et me rend bien service.
Si monsieur poilu est fan du pompon, j'adore pour ma part son côté girly.

Bonne couture !