vendredi 5 octobre 2018

Sweat Andréa, le premier...mais pas le dernier !

Hello les filles !

Dans cet article, je devais vous présenter un chouette accessoire ! Celles qui me suivent sur Facebook (en colonne de droite) ont pu avoir un avant-goût de la chose...seulement voilà, je n'ai pas encore pris les photos ! Il a fait gris et moche ici pendant quelques jours, j'ai donc remis la séance photo à plus tard !

Mais dans l'intervalle, j'ai croisé la route d'un... petit patron ! ...bon, je sais, le jeu de mots était facile ! Toujours est-il que le sweat Andréa est une jolie découverte : un sweat simple, rapide à coudre, bien pensé et qui se prête à toutes les transformations !
Le soleil est revenu dans ma verte campagne alors après ma petite après midi couture, fifille n°2 s'est vue confier la mission de photographier mon nouveau sweat !

Si l'étape couture était un vrai plaisir, je vous avoue avoir fait la grimace lors de l'assemblage du PDF...kézako ? Pourquoi autant de petites pièces ? J'ai vérifié mon carré test avant toute chose et jeté un coup d'oeil aux instructions d'assemblage du patron.

Le sweat est prévu pour différentes variations : en un seul tissu, avec une bande contrastée ou avec 2 bandes.

Il s'agit donc pour commencer de constituer des pièces en assemblant  2 ou 3 planches (pour le devant, dos et manches)
On obtient alors une pièce haut, une pièce milieu et une pièce bas.
On les assemble ensuite en tenant compte des transitions de couleurs éventuelles : On scotche bord à bord le haut, le milieu et le bas pour un sweat avec les bandes de transitions de couleurs. Par contre, si l'on souhaite un sweat uni, l'assemblage se fait au delà des bords haut et bas des pièces haut/milieu/bas du patron, on remarque que les lignes de coupe concordent à environ 1cm des bords...eh oui, ce sont les marges de couture ! elles disparaissent lors de l'assemblage du patron si votre sweat n'est pas constitué de bandes....Si cette précision m'a un peu déroutée au premier abord, je reconnais que c'est drôlement bien pensé et pratique à utiliser puisqu'on peut mixer les différentes variantes sans avoir à se soucier des marges de couture !

Au final, quelque soit le modèle choisi, les pièces devant et dos sont chacune constituée de 7 parties.
Mais non, ce n'est pas laborieux, une fois qu'on a compris le principe, ça roule tout seul.

Je voulais un effet assez loose, j'ai donc choisi de coudre mon sweat une taille au dessus de ma taille habituelle. J'ai coupé mon tissu en 40/42 (les marges de coutures de 1 cm sont comprises !)
1,20 mètres de Tissu m'ont suffi pour cette taille (le patron préconise 1,50 m)
Au niveau des modifications, j'ai simplement creusé l'encolure d'un centimètre !

Par contre, une fois mes photos prises, je me suis rendue compte que mon sweat était un chouilla trop ample en bas, je l'ai donc repris sur les deux côtés en commençant à zéro à environ 10 cm sous l'emmanchure jusqu'en bas ou j'ai retiré 3 cm de chaque côté. Il est bien mieux ainsi :
Mon tissu est un molleton à l'envers "doudou" acheté l'hiver dernier chez Mondial tissus. Pas mal de paillettes sont parties lors du lavage de mon tissu, j'avais d'ailleurs un peu peur d'en coller partout quand je porterais mon sweat mais il semble que les paillettes restantes soient bien fixées, plus rien ne bouge !
J'avais en stock un reste de bord côtes du même bleu marine que les motifs de mon tissu (utilisé pour la veste de fifille n°1) avec quelques fils lurex argentés, impeccable !

J'ai réalisé tout l'assemblage à la surjeteuse, seule la surpiqure du col a été faite à la machine équipée de l'aiguille double. Au total, ce sweat a nécessité environ 2h30 de couture (hors assemblage pdf)

J'aurais pu éventuellement retirer quelques centimètres de largeur à la bande de bord côtes du bas, j'aurais aimé qu'elle serre un peu plus. Hop ! c'est noté pour le prochain opus !
Eh bien voilà un petit sweat bien sympathique, décontracté juste ce qu'il faut, tout doux, confortable et surtout très simple à réaliser !
Et ma grosse choucroute, elle en pense quoi ?
Grosse choucroute préférait visiblement une gratouille et quelques bisous !
J'ai déjà en tête une seconde version pour moi, quand à ma photographe, je lui ai promis le sien !
Patron : Andréa - Petit patron (du 34 au 48 et maintenant en grandes tailles sur le site)
Niveau : Intermédiaire
Tissu : 1,20 mètres de molleton en taille 40/42
Difficultés : coudre un tissu extensible, pose de bord côte, encolure bord côte.
Mes modifs : encolure creusée d'1cm. Ampleur bas réduite après coup !
Mon avis : Encore un bon basique ! une taille 40 serait largement suffisante pour l'effet loose que je recherche, à coudre et recoudre au gré de vos envies et avec l'éventail des possibilités qu'offre ce patron il serait dommage de s'en priver !


Avant de clore cet article, un coup d'oeil sur mon carnet couture ! Une astuce qui me permet de me souvenir des pièces cousues, des dates, des modifs effectuées, des caractéristiques des patrons...
Je le tiens à jour depuis environ 2 ans et au fil du temps, j'ai agrémenté la mise en page de petits graphismes rigolos, de couleurs (à la façon d'un Bujo) pour que le côté contrainte de la mise à jour régulière de ce carnet, devienne un moment de détente.
Ainsi, quand je veux refaire un modèle déjà cousu, ou me souvenir d'un patron, j'ouvre mon carnet et je consulte mes petites notes !
Quand aux fleurettes, zoziaux et autres doodles croquignolets, rien de tel pour une note de bonne humeur que ces mignonneries colorées !
Et vous ? gardez vous des notes sur vos projets cousus ?

Bonne fin de semaine !







mercredi 26 septembre 2018

Plantain....un de plus !

Hello les filles !

Aujourd'hui, on va miser sur l'efficacité plutôt que sur l'originalité !
On est d'accord, le Plantain est Le tee shirt incontournable que l'on peut accommoder à toutes les sauces. Je l'ai d'ailleurs déjà réalisé en plusieurs versions pas toujours bloguées mais à chaque fois beaucoup portées.

Il faut reconnaître qu'à force de coudre, de parcourir les blogs et Instas de couturières, on se laisse souvent gagner par la frénésie qui entoure un patron..un tissu. On imagine rapidement SA version, on veut CE tissu et on moutonne, fière d'exhiber quelques jours plus tard sa nouvelle production couturesque en parfaite adéquation avec le reste de la blogosphère. On dégaine alors le hashtag qui va bien et là, on frôle l'extase : on s'est fait plaisir, on a cousu le patron dont tout le monde parle et il est d'ailleurs assez joli, là, dans l'armoire...

Eh ouais, force est de constater que chez moi en tous cas, ces vêtements sont souvent les moins portés. Je les admire, je les tripote, mais ils ne collent pas toujours à mon style habituel, je ne m'y sens pas vraiment à l'aise ou encore je peine à trouver la pièce avec laquelle les assortir.

Du coup,  même si je continue à m'extasier devant les productions de certaines marques de créateurs indépendants, je me laisse de moins en moins tenter par "le patron du moment". Je revisite mes classiques, je cherche à associer des formes, des matières, des couleurs qui me correspondront à coup sur, des vêtements que je porterai sans avoir à me creuser la tête le matin, indécise devant mon armoire grande ouverte.

Ce nouveau plantain en est l'exemple parfait !
J'avais craqué sur ce coupon de jersey texturé lors d'une balade entre copines dans le quartier du marché Saint Pierre il y a a quelques semaines.

Je n'ai pas réfléchi longtemps avant de l'utiliser : Ce serait un plantain ! Parfait pour l'automne, à assortir avec un jeans noir, une petite veste ou un perfecto et des boots. Il ajoute une touche de couleur à mes tenues souvent sombres et je peux casser son côté classique en le mariant à une pièce un peu plus rock ou tendance.
Cousu depuis une quinzaine de jours, il a déjà été bien porté !
J'ai réalisé la version manches trois quarts sans empiècements aux coudes. L'encolure a été légèrement remontée. J'ai utilisé une chute de jersey viscose noir pour ma bande d'encolure. Ce jersey étant très extensible, je l'ai d'ailleurs réduite de 2 cm. J'ai comme toujours utilisé de la laminette dans mes coutures d'épaules pour éviter qu'elles ne se déforment.
L'assemblage est rapide, il se fait entièrement à la surjeteuse et les ourlets du bas et des manches à la machine à coudre équipée de l'aiguille double.
Mon patron étant déjà prêt, ce tee shirt a été cousu en à peine 2 heures.
Le plantain reste ma valeur sure en matière de tee shirt, je cintre légèrement les côtés, il n'est ni trop large, ni trop moulant, j'adore ! 
Ce tissu est très extensible et super confortable. Après 3 ou 4 lavages, les couleurs n'ont quasiment pas bougé. Euh...et les poils de chat, on en parle ?
Avec les températures plus fraîches de ces derniers jours, je commence à regarder du côté de ma garde robe d'hiver avec déjà quelques idées de pièces incontournables, intemporelles...mais avant de m'y mettre, j'ai un petit quelque chose sous le pied de biche qu'il me tarde de terminer...je vous montre ça prochainement !

Bonne fin de semaine ! 
                                               
Patron : Plantain Deer and Doe (Gratuit) du 34 au 52
 Tissu : 1,20 jersey texturé (en 38/40)
      Niveau : 2/5 
   Difficulté : Couture de tissus extensibles. Monter une encolure.
Mes modifs : Modèle légèrement cintré, encolure remontée de quelques cm.
        Mon avis : à faire et refaire, un vrai basique ! 

                           

mercredi 12 septembre 2018

Mon petit top chouchou du moment : Maya !

Hello les filles !

Me voilà de retour après un été bien chargé ! Je cours après le temps depuis quelques mois mais n'allez pas croire que j'ai déserté l'atelier. J'ai cousu !
Dans mon dernier article, je vous parlais d'ailleurs de la chouette petite robe que je venais de terminer, les photos étaient prises, ainsi que celles d'une autre cousette, je n'avais plus qu'à vous présenter tout ça...
Sauf qu'au moment de pondre mon article, bien concentrée devant mon écran, je me suis rendue compte que mes dernières séries de photos étaient complètement pourries : floues, blanches...ou noires... bref, dégueu !
Il faut dire que je les avais prises seule, façon potiche devant mon trépied ! pas idéal pour ajuster mes réglages et il se trouve que le sieur réflex est justement chatouilleux du réglage !

Ras le bol des états d'âmes du vieux Nikon, il commençait à me courir sur le haricot, j'ai fouiné sur le net à la recherche d'un bridge costaud et qui puisse convenir à l'usage auquel je le destinais, je voulais aussi quelques options, quelques possibilités de réglages facilement accessibles.

C'est ainsi que Roberto Lumix est entré dans ma vie ( je donne bien des noms à mes machines, pourquoi pas à mon appareil photo...lui, ce sera donc Roberto !)
Roberto offre des tas de possibilités, des trucs déments à frôler la méningite. Mais il est surtout polyvalent et offre une qualité photo vraiment top !

Je n'ai pas remisé le reflex au fond du placard pour autant, il est parfait pour certaines utilisations et me servira quand la luminosité le permettra.

Allez, pour la rentrée du blog, je vous présente un petit haut simple à coudre et super mignon :
J'avais repéré ce top dès que j'ai feuilleté le magazine (la Maison Victor Juill/Août 2018) Une jolie blouse à l'encolure dégagée, avec des plis plats au niveau de la poitrine qui lui apportent une touche d'originalité.
Maya requiert un tissu bien fluide. J'ai utilisé ici 1,20 m d'une viscose imprimée achetée l'été dernier chez Mondial Tissus. Et vous savez quoi ? Vous pouvez même caser votre top dans 1 mètre de tissu (en tailles 32 à 40 en tous cas et pour un tissu sans raccords ni sens évidement)

Les manches semblaient assez ajustées alors j'ai réalisé mon top en taille 40 pour les épaules et la poitrine et 38 pour le reste.
Au final un 38 au haut aurait été largement suffisant puisque j'ai repris les épaules au premier essayage.
Donc comme d'habitude avec la maison Victor, je pouvais tabler sur une taille en dessous de ma taille habituelle.
Maya est un modèle facile à réaliser et super rapide. Il n'a nécessité que 3 heures de travail, décalquage du patron compris)
Attention toutefois à cette étape, le pièce dos (C) est en 2 parties sur 2 planches différentes. Il faudra les assembler au niveau des repères pour obtenir votre patron dos entier.
Les marges de coutures ne sont pas comprises dans le patron. Vous devrez ajouter 1 cm partout et 3 cm au niveau des ourlets.
Bien que cette étape soit absente des explications, j'avais un peu d'embu de manches à résorber. Un petit fil de fronce sur 10 cm en haut de la manche a réglé le problème tout en ajoutant à mon top le charme de quelques fronces légères sur le haut de l'emmanchure.
Pour ce qui est des modifications, j'ai allongé le modèle de quelques centimètres.Et j'ai surtout remplacé le biais d'encolure préconisé par une parmenture, bien plus esthétique avec un tissu aussi fluide.
J'ai ici surpiqué la parmenture tout autour de l'encolure mais vous pouvez aussi la maintenir à l'aide d'une sous piqure, bien repasser puis la maintenir en place avec quelques points à la main dans les marges de coutures d'épaules.
C'est d'ailleurs ce que j'ai fait pour les suivants..........euh....je ne vous l'ai pas encore dit mais j'ai déjà cousu 3 tops Maya tant ce petit modèle est simple et agréable à coudre !
Ce petit haut a déjà été beaucoup porté il était léger lors des fortes chaleurs et sera tout aussi pratique sous un gilet ou une petite veste dans les semaines à venir !
                                                 Top Maya (La Maison Victor Juill/Aout 2018)
                                                 Tissu : 1 m à 1,20 m d'une viscose fluide.
                                                 Difficulté : Facile (Niveau 2/4 sur le magazine)
                                                 Points techniques : biais d'encolure (ou parmenture) plis.
                                                 Mes modifs : Modèle allongé de quelques centimètres. Parmenture à la place du biais d'encolure.
                                                Mon avis : Facile, mignon, agréable à coudre, à faire et refaire, j'adore !

                                Bonne fin de semaine à vous !